[SPORT – FOOTBALL / L1] : Le Paris Saint-Germain domine Guingamp (0-3)

DHIuY-9W0AEvnp7

Pour la première titularisation de Neymar en Ligue 1, le Paris Saint-Germain s’est imposé face à l’En Avant Guingamp (0-3).

En ce début de match, les Parisiens confisquent le ballon. Dès la 15e minute de jeu, première action dangereuse côté parisien. Après un sublime mouvement collectif, Edinson Cavani est à la conclusion mais bute sur Johnsson. Les incursions dans le camp guingampais se multiplient. A la 34e minute de jeu, c’est Marquinhos qui trouve la barre transversale. Sur une passe fantastique de Neymar, le défenseur central brésilien catapulte une tête plongeante sur la barre de Johnsson ! Premier frisson au Roudourou !

Malgré un Neymar omniprésent et plusieurs occasions dangereuses, les Parisiens butent sur un bloc solide. Guingamp reste bien dans cette première période. Le score est toujours nul et vierge entre les deux équipes (0-0).

Neymar en passeur décisif et buteur

Entame de deuxième période idéale pour le PSG. A la 52e minute, après une énorme cafouillage, Ikoko marque contre son camp dans le but de Johnsson ! Paris mène 1-0.

Dix minutes plus tard, superbe ouverture de Neymar pour Cavani, l’attaquant parisien enfonce le clou et permet au PSG de mener 2-0.

Il aura fallu attendre la 82e minute de jeu pour voir le premier but de Neymar sous le maillot du PSG. Servi idéalement par Cavani dans la surface, le Brésilien ouvre son compteur buts avec les Rouge et Bleu. Paris mène 3-0.

Le PSG s’impose finalement (0-3) face à l’En Avant Guingamp et ramène 3 points du Roudourou.

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL / L1] : L’Olympique de Marseille confirme face au FC Nantes (0-1)

ocampos

Pour cette deuxième journée du championnat de Ligue 1, l’Olympique de Marseille se déplace ce samedi au Stade de la Beaujoire pour affronter le FC Nantes. Les Phocéens se sont imposés (0-1).

Dans un début de match très animé, les Marseillais se montrent dominateurs mais tombent sur un très grand gardien nantais.

Gros coup dur côté nantais, Valentin Rongier sort sur blessure après seulement dix minutes de jeu. Dix minutes plus tard, nouveau coup dur pour le FC Nantes, Yacine Bammou sort à son tour sur blessure (20e). Jamais deux sans trois comme on dit, après Rongier et Bammou, c’est au tour de d’Alexander Kacaniklic de quitter ses partenaires.

Ciprian Tatarusanu impérial

Le gardien roumain et nouvelle recrue nantaise Ciprian Tatarusanu sort un très grand match. Grâce à ses nombreux arrêts décisifs, il permet à son équipe de ne pas être menée à la mi-temps. Toujours 0-0 entre Nantes et Marseille.

En ce début de deuxième mi-temps, la domination est clairement nantaise. A l’image de son homologue nantais, Steve Mandanda s’illustre côté marseillais. Il faut attendre la 87e minute pour que Lucas Ocampos, tout juste entré en jeu délivre Marseille. Valère Germain dévie astucieusement un centre, Ocampos est à la réception et la pousse au fond des filets. Marseille mène 1-0.

Au terme d’un match rythmé, Marseille s’en sort in extremis et l’emporte 0-1 à la Beaujoire.

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL / L1] : L’Olympique Lyonnais enchaîne face à Rennes (1-2)

memphis-depay

Pour le compte de la deuxième journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais se déplace sur le terrain du Stade Rennais. Les hommes de Bruno Génésio se sont imposés (1-2).

Lyon domine clairement en ce début de match. La formation lyonnaise veut poursuivre sur la lancée du weekend dernier. Après plusieurs actions dangereuses côté lyonnais, le jeu s’équilibre. Les Rennais enchaînent à leur tour les occasions mais n’arrivent pas à ouvrir le score.

Grosse séquence lyonnaise. Suite à un centre de Rafael, Mariano Diaz place un coup de tête. C’est sauvé sur la ligne par le défenseur rennais. Lyon pousse en cette fin de première période mais ne trouve toujours pas la faille. Au terme d’une première mi-temps animée, le score n’évolue pas (0-0).

Lyon fait la différence en seconde période

L’entame de deuxième période est parfaite pour Lyon. Memphis Depay profite d’un coup franc provoqué par Bertrand Traoré pour ouvrir le score à la 55e minute de jeu. Depay marque ainsi son premier but de la saison. Lyon mène 0-1.

Mariano encore décisif

Sur un centre de Nabil Fekir, Mariano Diaz place un nouveau coup de tête. Le coup de tête est imparable et permet à l’OL de mener 0-2 (75e).

Rennes ne tarde à réagir. A la 85e minute, c’est Benjamin Bourigeaud qui sonne la révolte rennaise. Le milieu répond à Memphis Depay d’un superbe coup franc et permet à Rennes de réduire l’écart (1-2).

Lyon enchaîne avec une deuxième victoire face à Rennes et conserve sa place de leader du championnat.

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL / L1] : L’Olympique de Marseille s’impose face à Dijon (3-0)

DGkoCaTWAAANJDm

Pour la première journée de championnat de Ligue 1, l’Olympique de Marseille reçoit Dijon dimanche soir au Stade Vélodrome. Les hommes de Rudi Garcia ont fait la différence en seconde période pour finalement s’imposer (3-0).

La première mi-temps est équilibrée entre les deux équipes. Dijon met en difficulté Marseille qui a du mal à mettre en place son jeu. Juste avant la mi-temps, le coup franc tiré par Florian Thauvin est la meilleure occasion marseillaise. La frappe enroulée de Thauvin force le gardien de Dijon à l’exploit.

5 minutes qui changent tout

Au retour des vestiaires, l’OM montre un tout autre visage. Clinton Njie remplace Dimitri Payet et le coaching de Rudi Garcia va s’avérer payant. Plus conquérant et plus agressif, Marseille ouvre le score par l’intermédiaire de Clinton Njie (52e). Sur une remontée de balle, Gustavo sort une roulette et décale Germain sur la droite. L’attaquant centre parfaitement pour Njie, qui devance Rosier pour marquer d’une tête plongeante.

Deux minutes plus tard, Florian Thauvin (54e) enfonce le clou pour Marseille. Lancé à pleine vitesse par Germain, l’international prend la profondeur et fixe Reynet d’un plat du pied gauche. Les hommes de Rudi Garcia mènent désormais 2-0 face à Dijon et gèrent le temps de jeu.

Clinton Njie (72e) s’offre un doublé et permet à son équipe de mener 3-0 face à Dijon. Après une action individuelle de grande classe, la frappe de l’attaquant marseillais est détournée, lobant le gardien dijonnais.

Après une première mi-temps compliquée l’Olympique de Marseille se réveille en seconde période et lance ainsi sa saison par une victoire. Les grosses écuries répondent présent en ce début de saison.

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL / L1] : Les Girondins de Bordeaux accrochés par le SCO Angers (2-2)

2140791-44773230-2560-1440

Après les débuts réussis de Marcelo Bielsa à la tête du LOSC face au FC Nantes de Claudio Ranieri, les Girondins de Bordeaux affrontent Angers pour le compte de la première journée de Ligue 1.

Le début de match est brouillon pour les deux équipes qui n’arrivent pas à se trouver. Dès la 11e minute de jeu, Angers surprend Bordeaux. Grâce au bon appel de Capelle dans le couloir gauche, le latéral centre devant le but où Guillaume laisse le cuir passer entre ses jambes. Au second poteau, le tir croisé de Fulgini trompe Benoît Costil, Angers mène 1-0 !

Bordeaux égalise à la 27e minute de jeu. Kamano hérite d’un ballon dans le couloir gauche et adresse un centre parfaitement coupé du pied droit par Sankharé, qui jaillit bien au premier poteau. 1-1, avant la demi-heure.

A la mi-temps, les deux équipes sont à égalité (1-1). Bordeaux a bien réagi après l’ouverture du score angevine en début de rencontre.

Au retour des vestiaires, Bordeaux se montre plus agressif. A la 52e, c’est Mendy qui donne l’avantage aux Girondins du bout du pied droit après un centre en première intention de Malcom, lancé sur la gauche par Pellenard au-dessus de la défense.

Les hommes de Jocelyn Gourvennec pensaient avoir fait le plus dur en prenant l’avantage mais Angers n’a pas dit son dernier mot et égalise dans les derniers instants de la rencontre. Guillaume suit bien sur une percussion puis une frappe de Toko Ekambi. Costil avait repoussé la première tentative mais la recrue du SCO a bien suivi.

Les deux équipes se quittent sur un match nul (2-2). Bordeaux lâchent deux précieux points en ce début de saison.

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL / L1] : Le LOSC impressionne face au FC Nantes (3-0)

DGjWdjDW0AElNPH

Après les victoires du PSG et de Lyon hier, c’est au tour de Lille et du FC Nantes de s’affronter pour cette première journée de Ligue 1. Une première pour deux entraîneurs emblématiques du championnat de France. Marcelo Bielsa, nouvel entraîneur de Lille est opposé à Claudio Ranieri, coach nantais.

La domination est clairement lilloise en ce début de rencontre. Les Nantais procèdent en contre et à la 21e minute de jeu, Touré décoche une frappe soudaine des 18 mètres, le gardien lillois se détend parfaitement pour la claquer mais le ballon revient sur Nakoulma, qui, pourtant seul, loupe le cadre de quelques centimètres.

Au terme d’une première mi-temps fort intéressante, les hommes de Marcelo Bielsa ont montré une maîtrise technique impressionnante mais le score est toujours nul (0-0).

La deuxième période est clairement en faveur des Lillois qui continuent leur festival offensif. A la 48e minute de jeu, Junior Alonso ouvre le score pour le LOSC. Le défenseur contrôle et déclenche une frappe de l’extérieur du pied gauche qui trompe Maxime Dupré. Lille mène 1-0 face à Nantes.

A la 68e, le LOSC fait le break pour mener 2-0 face au FC Nantes. Le défenseur nantais Nicolas Pallois fauche Kevin Malcuit dans la surface de réparation. Nicolas De Preville se charge de le transformer. Il prend à contre-pied Maxime Dupré.

Le festival offensif continue côté lillois. Grâce à un superbe centre depuis la gauche de Kouamé, Anwar El Ghazi enfonce le clou en inscrivant le troisième but lillois à la 70e minute de jeu. Les hommes de Marcelo Bielsa se baladent et mènent désormais 3-0.

Le LOSC régale pour les débuts de Marcelo Bielsa sur le banc lillois. Un match à sens unique. Lille s’impose logiquement face au FC Nantes (3-0).

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL / L1] : L’Olympique Lyonnais se régale face à Strasbourg (4-0)

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes qui pratiquent un sport et plein air

Après la victoire du PSG face au promu Amiens, c’est au tour de l’Olympique Lyonnais de démarrer sa saison. Les lyonnais se sont baladés face à Strasbourg (4-0).

Mariano impressionne déjà

Suite aux nombreux départs à l’intersaison (Lacazette, Tolisso, Gonalons), on attendait beaucoup du nouvel attaquant de l’OL, Mariano Diaz. Il a répondu présent pour cette première journée de Ligue 1 en inscrivant un doublé.

Lyon débloque la situation à la 23e minute grâce à Mariano. Servi par Depay, il s’avance sans être attaqué et déclenche une frappe à l’entrée de la surface. Son tir puissant trompe B.Kamara sur sa droite, le gardien strasbourgeois ayant fait le pas de trop sur la gauche en anticipant sur une frappe enroulée.

A la pause, les hommes de Bruno Génésio mènent logiquement 1-0.

Fekir revient en forme

Au retour des vestiaires, Nabil Fekir, très en vue lors de ce premier match, transforme un penalty (59e). P.Martinez commet une évitable faute sur B.Traoré. L’OL mène désormais 2-0 face à Strasbourg.

Deux minutes plus tard (61e), Mariano inscrit le troisième but lyonnais portant le score à 3-0.

Nabil Fekir poursuit son festival offensif et s’offre lui aussi un doublé. L’attaquant lyonnais inscrit le quatrième but dans les derniers instants de la rencontre (91e). L’Olympique Lyonnais s’impose finalement sur le score de 4-0. Une très belle victoire pour lancer la saison de Lyon.

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL / L1] : Le PSG lance sa saison en battant Amiens (2-0)

Image associée

Une fois le feuilleton Neymar terminé, la ligue 1 a repris ses droits. Après la victoire de l’AS Monaco en ouverture vendredi soir face à Toulouse (3-2), c’est au tour du Paris Saint-Germain de lancer sa saison. Le PSG s’est imposé (2-0) face au promu Amiens au Parc des Princes.

Le début de match est très équilibré entre les deux équipes. Le PSG domine les débats en conservant la possession du ballon. Les parisiens se montrent de plus en plus dangereux. Adrien Rabiot à la 35e minute oblige Gurtner à se coucher sur sa gauche.

A la 42e minute de jeu, c’est Edinson Cavani qui ouvre le score pour le PSG. L’attaquant uruguayen signe sa première réalisation de la saison au Parc des Princes. Le Paris Saint-Germain mène logiquement à la pause face au promu amiénois (1-0).

Au retour des vestiaires, le score n’évolue pas et les parisiens continuent de faire tourner le ballon. Un match qui manque de rythme en ce début de saison. En fin de rencontre, à la 80e minute de jeu, c’est Javier Pastore qui double la mise pour Paris. Bien servi par Cavani, l’Argentin conclue dans le but vide.

Le PSG s’impose logiquement (2-0) face à Amiens pour le premier match de la saison au Parc des Princes grâce à des buts d’Edinson Cavani et de Javier Pastore.

La rédaction

[SPORT – FOOTBALL] : Montpellier et Lyon se quittent sur un nul (1-1) dans un match hommage à Louis Nicollin

DGAmJpIXUAA6D6K

Le 29 juin dernier, il y a tout juste un mois, Louis Nicollin, le président historique du Montpellier Hérault SC s’est éteint, le jour de ses 74 ans. Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais est à l’origine de cette rencontre de ce dimanche en hommage au président Nicollin.

Le début de match est équilibré. Lyon se montre plus entreprenant en ce début de rencontre par l’intermédiaire de Mariano Diaz et de Memphis Depay. Le tournant du match survient à la 23e minute de jeu, lorsque Jérémy Morel est expulsé suite à son intervention sur Giovanni Sio. Le défenseur reçoit d’abord un carton jaune avant que l’arbitre ne change d’avis après arbitrage vidéo, et décide de l’expulser.

Montpellier ouvre le score par Giovanni Sio juste avant la mi-temps. L’attaquant est à la réception d’un bon centre en retrait de Bérigaud. Anthony Lopes est battu. A la mi-temps, c’est donc Montpellier qui vire en tête (1-0).

 Au retour des vestiaires, Lyon montre un tout autre visage. Les lyonnais, plus agressifs dans les duels, se procurent plus d’occasions et égalisent par l’intermédiaire de Nabil Fekir (59e). Très bien servi par Kevin Tete grâce à un centre côté droit, Fekir remet les compteurs à zéro dans cette rencontre.

Même réduits à dix, les lyonnais ont su réagir dans cette rencontre. Les deux équipes se quittent sur un score nul (1-1) pour ce match du souvenir, en hommage à Louis Nicollin.

La rédaction

[CINEMA – CRITIQUE] : Dunkerque

Résultat de recherche d'images pour "dunkerque film affiche"

Réalisé par : Christopher Nolan

Avec : Fionn Whitehead, Tom Glynn-Carney, Tom Hardy

Genre : Guerre, Historique, Drame

Durée : 1h47

Sortie : 19 juillet 2017

Cela ne vous a probablement pas échappé si vous aimez le septième art, Dunkerque est sorti la semaine passée sur nos écrans.

Et que dire… si ce n’est que j’ai été clouée dans mon fauteuil pendant tout le film ! J’adore Christopher Nolan, qui nous épate toujours dans des œuvres sidérantes de réalisme, avec une bande son qui est de l’ordre de l’excellence.

J’ai envie de partager mon coup de cœur du mois avec vous, voici ce que j’en ai pensé :

Pier, a week 

Sea, a day 

Sky, an hour

Trois lieux, de nombreuses histoires, un seul but poursuivi : s’échapper pour vivre.

Christopher Nolan ne va pas nous raconter une nouvelle fois l’Histoire, les événements passés à Dunkerque durant la seconde guerre mondiale. Il va nous la faire vivre. Intensément. Passionnément.

Le défi à relever est immense parce que réaliser un film traitant de la guerre est un exercice périlleux au regard de la multitude des titres qui compose le genre.

Dunkerque n’est pas seulement un film. C’est la narration d’une survie, d’une improbable fuite pour l’espoir. C’est une tragédie humaine à l’action ciselée, un opéra bruyant mêlant destruction, angoisses et surtout espoir.

Le film s’ouvre sur une scène d’ouverture magistrale où l’on pénètre immédiatement dans le cœur de l’étau de Dunkerque. Pas de héros, juste les peurs et les espoirs de soldats pris au dépourvu et qui n’ont pour unique espérance « La Patrie ». Leur futur ne dépend plus d’eux mais des autres.

Le réalisateur Christopher Nolan va prendre des risques (comme à son habitude, j’ai envie de dire) et il s’en sort avec brio :

Le premier risque pour moi réside dans le découpage temporel du film. Relater Dunkerque en jouant sur les unités de temps de chacun des axes est à mon sens excellent et permet de donner une intensité fabuleuse pendant toute l’oeuvre cinématographique. Cela rend ainsi l’atmosphère du film étouffante tout du long.

Le second risque est celui des personnages. Nolan décide de n’en développer aucun. Ce sont de simples soldats de l’armée ou des civils qui tentent d’apporter leur aide à leur patrie avec bravoure.

Ce parti pris ultra-réaliste est selon moi le plus osé. Néanmoins le film n’est pas dénué de psychologie et de profondeur. Le personnage joué notamment par Harry Styles en est la preuve vivante et la scène où le bateau coule suite à des tirs intempestifs des SS en est le meilleur exemple.

Dunkerque, c’est une immersion folle dans la Guerre, l’horrible guerre. Le bruit des mitrailleuses est assourdissant. Un chaos qui s’éclipse face au silence de l’héroïsme d’un pilote anglais, sauvera des milliers d’hommes. Un soldat, incarné par Tom Hardy.

La façon dont Nolan a de filmer les scènes aériennes est d’ailleurs époustouflante. Bien sûr, il a encore filmé du réel, avec de vrais avions, de vrais décors, à Dunkerque, sur la plage, avec de vrais bateaux. Cela parait incongru aujourd’hui à l’heure du numérique. Tout parait vrai car tout est réel. C’est une sacrée prouesse. Les acteurs, ont l’impression au même titre que nous, d’y être.

Vivre. C’est à mon sens le mot d’ordre du film. Faire vivre la guerre comme les soldats et les civils ont pu la vivre et la ressentir. Avec leurs émotions, avec leurs tripes.

Là où le réalisateur ne pouvait inclure de dialogues, il y a mis un regard, une émotion, un acte. Le récit de cet embarquement de l’armée anglaise est une pure réussite narrative et visuelle.

Et que dire de Hans Zimmer ? Le compositeur livre une bande son de quasiment 1h47. Un son qui résonne à nos oreilles comme un minuteur.

Vivre et faire surgir les émotions. Davantage qu’un récit, plus qu’un hommage. Dunkerque est un film de guerre d’un nouveau genre qui mêle avec brio réalisme, action, humanisme et émotion.

L’émotion est d’ailleurs le dernier point que je souhaite aborder. La fin est absolument magnifique. Nolan termine son oeuvre cinématographique au bon moment. Là où d’autres films de guerre s’éternisent, Nolan s’arrête.

Les hommes sont rentrés, 335 000 hommes au total, le peuple anglais les admire. Point. Pas de mélodrame, pas de grandes scènes de retrouvailles, ni d’hommages aux soldats britanniques.

Juste un train, quelques bières et un article dans la presse. Mais c’est aussi toute la palette émotionnelle que peuvent ressentir les soldats ou les civils au fil des minutes que le spectateur ressent la peur, l’espérance, l’asphyxie, la honte, la lâcheté et bien d’autres sentiments.

Un bon moment en perspective les amis.

Laurie L.